La défense en profondeur d'un système complexe
Principes et méthodologie de référence

Coll. Sciences du risque et du danger

Auteur :

Directeur de Collection : GUARNIERI Franck

Langue : Français
Couverture de l'ouvrage La défense en profondeur d'un système complexe

Thèmes de La défense en profondeur d'un système complexe

59,00 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 246 p. · 15.5x24 cm · Broché · 
ISBN : 9782743020873 EAN : 9782743020873
Tec & Doc

· PDF : 59,00 € ·
Acheter l'e-book e-book
Cet ouvrage de référence présente les principes et la méthodologie de la défense en profondeur à travers une approche globale, systémique, structurée, pérenne, scientifique et complémentaire aux démarches existantes.

Après un rappel des origines du concept de défense en profondeur et des points-clés de son utilisation dans différents domaines (militaire, nucléaire, industriel, sécurité civile…), la finalité, les définitions et les principes liés à la défense en profondeur sont développés, expliqués et appliqués.

Unique et novateur, cet ouvrage propose et détaille étape par étape l'Analyse méthodique et organisée des risques systémiques (« AMORY ») avec une méthodologie créée et développée par l’auteur. Elle consiste à comparer le système de défense existant et le système idéal ou de référence pour en déduire des recommandations. L’objectif est la conception, l’analyse et le diagnostic de façon globale des dispositifs visant à réduire les risques d’accidents ou de défaillance d’un service réalisé par un organisme (entreprise, association, collectivité territoriale, organisation non gouvernementale, État…). Enfin, deux exemples d’application concrets (canicule et inondation fluviale) sont détaillés afin de mettre en pratique l’analyse « AMORY ».

Ainsi, l’analyse « AMORY » apporte une réponse concrète aux problématiques contemporaines et constitue un véritable outil d’aide à la décision pour nos dirigeants.
Préface
Remerciements
Préface

Introduction
1. Bilan mondial sur la réduction des risques de catastrophe
2. Système complexe
3. Défense en profondeur
4. Intérêt de l’approche pour les experts sécurité et pour les décideurs
5. Objectifs et présentation de l’ouvrage

Chapitre 1
Historique et état des lieux de la défense en profondeur

1. Dans le domaine militaire
2. Dans le domaine de la sûreté nucléaire
3. Dans le domaine des industries chimiques
4. Dans le domaine des facteurs humains
5. Dans le domaine des catastrophes naturelles
6. Dans le domaine de la sécurité civile
7. Dans le domaine de la sécurité des systèmes d’informations
8. Synthèse sur l’existant de la défense en profondeur

Chapitre 2
Principes liés à la défense en profondeur

1. Rappel préalable sur la notion de système
2. Rappel préalable sur la notion de sécurité système
3. Définition, finalité et modélisation d’un système de défense en profondeur
4. Trois principes d’architecture d’un système de défense en profondeur
5. Synthèse des principes liés à la défense en profondeur

Chapitre 3
Méthodologie d’application de la défense en profondeu
r
1. Rappel de l’approche « MOSAR »
2. Méthodologie « AMORY »
3. Étape 1 – Identifier le système complexe étudié
4. Étape 2 – Identifier les dangers du système complexe étudié
5. Étape 3 – Définir les finalités du système de défense
6. Étape 4 – Identifier le système de défense existant
7. Étape 5 – Identifier le système de défense idéal ou de référence
8. Étape 6 – Analyser et recommander
9. Synthèse de la méthodologie « AMORY » de défense en profondeur

Chapitre 4
Illustrations

1. Canicule
2. Inondation fluviale

Conclusion et perspectives
1. Synthèse des principes
2. Synthèse de la méthodologie « AMORY »
3. Perspectives d’application
Le séisme et le tsunami qui ont frappé le nord-est du Japon le 11 mars 2011 nous rappellent implacablement que des actions bien planifiées et reposant sur la précision humaine prennent une tournure presque improvisée lorsque la nature se manifeste de façon implacable. Au lendemain du tsunami à Tohuku, le monde était rivé aux images de destruction à mesure que le nombre de victimes et de disparus augmentait pour atteindre des chiffres que personne n’aurait voulu entendre. Des chiffres qui s’opposent aux milliards de dollars dépensés par un pays pleinement conscient des risques qui menacent chaque jour sa population, et déterminé à réduire au minimum. Avec une population de presqu’un million de personnes menacées et évacuées en moins de 30 minutes, ce séisme et ce tsunami ont fait environ 20 000 victimes, soit environ 2 % de la population concernée. Est-ce acceptable ? Le système de défense mis en place pour réduire le risque de séisme et de tsunami a-t-il été efficace ?

Devons-nous céder face à de tels obstacles ? Non. Considérons que la « réduction des risques de catastrophe » est simplement l’équivalent moderne des comportements adoptés par les collectivités au lendemain de catastrophes dans les siècles passés. Par conséquent, la gestion des risques est un élément inévitable de notre mode de vie. Pourtant, cela ne suffit plus aujourd’hui. Nous sommes désormais forcés d’aller plus loin dans l’approfondissement de notre gestion des risques. Un angle nouveau comme l’approche par la défense en profondeur prenant en compte l’ingénierie système dans la prévention, la protection et la sauvegarde, est une nouvelle piste de réflexion.

Notre environnement est de plus en plus exigeant pour la maîtrise des risques, notamment des risques naturels, technologiques, industriels ou financiers. Ces exigences s’expriment sous différentes formes, réglementaires, législatives, juridiques, ou encore au travers du débat public ou médiatique. Sur le plan juridique, on voit une tendance à la recherche accrue de responsabilité pénale, au-delà des responsabilités civiles, dans les cas d’accidents industriels. Ces évolutions sont parfois contradictoires : on exige le « risque zéro » de façon de plus en plus intransigeante, tout en reconnaissant qu’il est inaccessible. Le principe de précaution se confond parfois en un principe d’abstinence, mettant en question la notion même de progrès. Le grand nombre de lois, d’arrêtés, de règlements, de normes, devient un corpus d’une complexité inextricable et pourrait ainsi amener à perdre de vue l’essentiel, en allant à l’inverse d’une politique raisonnée de gestion des risques…

Dans ce contexte, il est nécessaire de promouvoir la recherche liée aux risques. Dès lors, quelles recherches scientifiques développer ? Il s’agit d’abord de mieux comprendre les phénomènes accidentels et les aléas naturels dans leur environnement avec les vulnérabilités sociales et humaines, et de mieux en apprécier les impacts. Ensuite, des approches systémiques structurées sont à développer pour prendre en compte les risques dans leur globalité.

Fort de cet éclairage, comment un décideur peut-il prendre des décisions acceptables dans un univers à risque et complexe, parfois contradictoires dans un contexte de parties prenantes multiples dont l’aspect sociétal est en train d’occuper progressivement une place prépondérante ? Cet ouvrage offre une réponse à cette interrogation sous la forme d’une méthodologie associant les principes de la défense en profondeur et l’ingénierie système.

L’approche expliquée dans cet ouvrage vise à maîtriser et à réduire les risques de catastrophe pris dans leur ensemble. Cette approche de défense en profondeur par association avec l’analyse fonctionnelle se veut systémique pour l’étude de la globalité des dispositifs de réduction des risques (couple occurrence/gravité) d’un système complexe étudié. Ce dernier peut être, par exemple, un service réalisé par un organisme (entreprise, association, collectivité territoriale, organisation non gouvernementale, organisation gouvernementale, État…).

La défense en profondeur prend en compte l’ensemble des impacts finaux jugés inacceptables (perte humaine, perte financière, perte d’image de marque…) pour définir des entités de défense de prévention, de protection ou de sauvegarde. Les entités de défense de prévention ont pour objectif de réduire l’occurrence des risques identifiés en évitant (ou limitant la probabilité de) la survenue d’un événement susceptible de créer un impact final non souhaité. Les entités de défense de protection ont pour objectif de réduire la gravité des impacts liés aux risques identifiés en assurant le maintien des impacts finaux dans les limites acceptables et surtout en réduisant les vulnérabilités face aux aléas naturels ou technologiques. Les entités de défense de sauvegarde ont pour objectif d’éviter le désastre lors de l’apparition de la catastrophe en limitant l’ampleur des impacts finaux et en favorisant la résilience du système complexe étudié et surtout en augmentant la résilience des personnes et des collectivités locales.

Par ailleurs, cet ouvrage est le premier livre de référence offrant une méthodologie structurée de l’approche de la défense en profondeur alliée à l’analyse fonctionnelle adaptable selon le système complexe étudié et selon son environnement. Cet important travail de conception, d’explication et de synthèse permet de diffuser cette approche innovante dans le domaine de la maîtrise des risques.

Cet ouvrage aborde l’historique du concept de la défense en profondeur dans le domaine militaire, nucléaire, industriel dans ses aspects environnemental (écologique, financier, juridique…), humain et technique. Les principes de la défense en profondeur associés à l’ingénierie système sont développés avec ses définitions et ses trois niveaux d’architecture que sont les lignes de défense, les entités de défense et les moyens de défense. Ensuite, une méthodologie structurée en six étapes est expliquée avec l’identification du système complexe étudié, l’identification des dangers du système complexe, la définition des finalités du système de défense, l’identification du système de défense existant, la définition du système de défense idéal ou de référence et l’analyse avec les recommandations. Enfin, deux exemples illustrent l’approche au travers d’un plan canicule et d’un plan de prévention des risques d’inondation fluviale.

Je rends donc hommage et je félicite Jérôme Amory et toutes les personnes ayant contribué à l’élaboration de cet ouvrage de référence. Ce livre donne des bases pour de futures réflexions, de futures recherches, de futures études, de futures analyses dans un objectif d’amélioration et de prises de décisions.

Je souhaite à tous une bonne lecture.

Docteur Salvano Briceno
Directeur de 2001 à 2011, de la Stratégie internationale pour la prévention des catastrophes (UNISDR)
au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies (ONU)
Président du Comité scientifique du programme des recherches intégrées sur les risques des catastrophes (IRDR)
du Conseil international pour la science (ICSU)
Chercheur associé à l’université d’Harvard de 1984 à 1985 (Boston, États-Unis)

Ingénieurs et responsables des services de maîtrise et de prévention des risques, décideurs, chercheurs, enseignants et étudiants dans le domaine de la maîtrise des risques et de l’ingénierie des systèmes complexes.

Diplômé de l’École nationale supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM) de Paris, Jérôme Amory est ingénieur en maîtrise des risques et chargé d’audit de sûreté de fonctionnement à la direction générale d’un groupe international de transports collectifs. Père de l’Analyse méthodique et organisée des risques systémiques (analyse « AMORY »), il enseigne notamment à l’École nationale supérieure des Mines de Paris. Scientifique pour la revue internationale Safety Science, il participe, intervient et/ou publie dans des conférences internationales, notamment aux Nations Unies.
Retrouvez tous les ouvrages de la collection Sciences du risque et du danger des éditions Lavoisier.