L'activité physique au cours du développement de l'enfant
Coll. Pédiatrie

Auteur :

Langue : Français
Couverture de l'ouvrage L'activité physique au cours du développement de l'enfant

Thèmes de L'activité physique au cours du développement de l'enfant

41,00 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 154 p. · 18.5x26 cm · Broché · 
ISBN : 9782257205339 EAN : 9782257205339
Médecine Sciences

· PDF : 41,00 € ·
Acheter l'e-book e-book
Ce début de XXIe se caractérise par une « transition épidémiologique ». On note en effet un relatif recul des maladies infectieuses transmissibles et une émergence des maladies métaboliques. Les populations pédiatriques sont désormais de plus en plus touchées. De fait, l’on constate chez les enfants une nette augmentation de la prévalence de l’obésité et des maladies telles que le diabète de type 2, l’hypertension ou les pathologies coronariennes. Dans ce contexte, l’inactivité physique des populations apparaît parmi les 5 causes actuelles de morbi-mortalité dans le monde. L’activité physique, qui ne relève pas exclusivement de la pratique sportive, constitue un outil préventif et une thérapeutique particulièrement efficace mais largement sous-utilisée et sous-estimée dans un contexte sociétal dominé par les soins et par les pratiques médicamenteuses. Toutefois, d’abondantes données scientifiques permettent aujourd’hui d’envisager l’activité physique comme un moyen « naturel » d’accroître les dimensions biomédicales et psycho-sociales de la santé, et ce tout particulièrement chez les enfants. Actuellement, aucune option thérapeutique ne permet d’appréhender conjointement ces troubles métaboliques alors que leur apparition semble être concurrente chez un même patient. À cet égard, une approche serait de promouvoir davantage et très tôt dans la vie de l’enfant l’activité physique, tout en développant un système d’accompagnement spécialisé impliquant des professionnels de santé médicaux et non médicaux. L’activité physique au cours du développement de l’enfant apporte un éclairage nouveau sur l’activité physique, souvent réduite au sport, et donc méconnue en tant que comportement. Cet ouvrage a pour objectif de permettre, à tous les professionnels concernés, de mettre en œuvre une action efficace des synergies et des potentialités existantes dans le domaine des pratiques physiques. Cet ouvrage s’adresse à un large public :  pédiatres, nutritionnistes, médecins généralistes, endocrinologues, acteurs de santé publique (promotion de la santé, prévention, éducation pour la santé), chercheurs, ainsi que les spécialistes de l’activité physique, les éducateurs sportifs et les étudiants.
Introduction. Chapitre 1. Définition et recommandations d’activité physique pour les enfants. Chapitre 2. Mesures de l’activité physique des enfants. Chapitre 3. Épidémiologie de l’activité physique des enfants : données descriptives actuelles. Chapitre 4. Bénéfices et risques de l’activité physique pour la santé infantile. Chapitre 5. Stratégie de promotion de l’activité physique chez l’enfant. Conclusion. Index.

Cet ouvrage se doit d’occuper une place toute particulière dans la littérature consacrée à l’activité physique de l’enfant car il résume l’ensemble des données disponibles actuellement dans ce domaine. Le plan choisi permet au lecteur de suivre le déroulement des méthodes et des concepts jusqu’au but ultime qui s’attache à l’aspect pratique le plus important : la définition de stratégies efficaces pour promouvoir l’activité physique.

Ce sujet est d’une importance extrême dans le domaine de la prévention en santé publique, quels que soient les pays et les cultures, la preuve en est le nombre croissant de programmes de recherche ou de promotion sur ce thème dans le monde. Cependant, cet intérêt pour les relations entre le niveau d’activité physique de l’enfant et sa santé est récent au regard des données obtenues pour l’adulte. Dans le premier chapitre de cet ouvrage qui présente un historique de l’évolution des recommandations de pratique d’activité physique, on s’aperçoit que les travaux scientifiquement fondés pour l’enfant datent du début des années 2000 alors que les premières données pour l’adulte sont largement antérieures. Ce décalage tient en partie aux difficultés méthodologiques de mesure de l’activité physique chez l’enfant, ce qui est souligné de façon remarquable dans le deuxième chapitre. Cette partie, tant par son caractère exhaustif que par l’acuité des commentaires sur l’intérêt et les limites de chaque méthode, se doit d’être une référence pour tous les chercheurs souhaitant s’attaquer à la mesure de l’activité physique chez l’enfant. Sa lecture attentive permettra donc d’éviter des fausses routes dans le choix des méthodes, et des interprétations hasardeuses de résultats entachés de biais méthodologiques. Cet ouvrage concerne un plus large public que les chercheurs : médecins praticiens, enseignants et éducateurs physiques pourront en tirer un enseignement des profits immédiats. Le chapitre sur l’épidémiologie de l’activité physique présente une dimension historique novatrice pour laquelle aucune synthèse de ce type n’était disponible à ce jour. Il s’inscrit dans une évolution récente du conseil sur l’activité physique chez l’enfant qui passe d’une attitude de recommandation généraliste, du type « faire du sport c’est bon pour la santé », vers un conseil spécifique qui permet de soutenir l’intérêt de l’activité physique en termes de nature et d’intensité. La richesse bibliographique et la pertinence des analyses de la littérature au sein du chapitre consacré à l’épidémiologie permettent de définir le rôle thérapeutique de la prise en charge par l’activité physique de pathologies émergentes chez l’enfant. À une époque où les professionnels de santé se sentent souvent désarmés par l’apparition chez l’enfant de pathologies jusque- là présentes exclusivement chez l’adulte comme le diabète de type 2 et son corollaire, le syndrome métabolique, la lecture de cet ouvrage donne une solution thérapeutique immédiatement applicable : la promotion de l’activité physique à titre préventif ou curatif. Le passage du simple conseil d’encouragement à un acte de prescription d’activité physique sera guidé par le descriptif des recommandations actuelles, mais aussi par le chapitre sur le rapport bénéfice/risque de l’activité physique. Cette partie de l’ouvrage illustre bien le fait que ce conseil d’activité physique devient un acte technique éclairé pour lequel les indications doivent être pesées et justifiées, et les mécanismes d’action parfaitement compris pour chaque indication.

Du début à la fin de l’ouvrage, on perçoit une donnée contextuelle déterminante de l’activité physique de l’enfant qui est son environnement familial, social, éducatif et géographique. Le rôle, dans ce sens, des parents, des éducateurs et des professionnels de santé est scientifiquement bien établi et admis par tous. Plus novateur et certainement très opérationnel pour l’avenir, le dernier chapitre évoque le rôle des décideurs politiques, des urbanistes et des architectes.

Dans une remarquable synthèse finale, cet ouvrage montre que les choix d’environnement influencent fortement l’activité physique de l’enfant et pèsent très lourd sur son capital santé.

Une des caractéristiques de cet ouvrage est son caractère pluridisciplinaire : chercheurs en sciences de l’activité physique, médecins praticiens, épidémiologistes, éducateurs physiques et sociologues participent, avec leurs propres approches, à l’essor des connaissances dans le domaine de l’activité physique des enfants avec parfois un langage peu échangeable entre disciplines. La maîtrise de ces différents champs par l’auteur de cet ouvrage permet des synthèses qui facilitent la compréhension globale des interactions entre ces différents domaines et permettent d’envisager des actions pratiques efficaces.

Les sciences de l’activité physique sont en plein essor. Ce n’est pas un hasard car l’enjeu est important. On perçoit de mieux en mieux les économies de santé qui pourront être réalisées par la promotion de l’activité physique dès les plus jeunes âges. En revanche, la prescription de cette activité physique au quotidien se heurte à une insuffisance de formation des acteurs de terrain. Le moment est proche où les services de pédiatrie hospitaliers vont vouloir se doter d’une unité d’activité physique, on peut alors parier que ce livre sera leur tuteur pour l’harmonisation des savoirs et des pratiques entre les professionnels de santé et les éducateurs physiques.

Professeur Charles- Yannick GUEZENNEC

Ancien professeur agrégé

de l’hôpital d’instruction

des armées du Val- de- Grâce

Benjamin C. GUINHOUYA
Maître de conférences en ingénierie de la santé, épidémiologiste et physiologiste de l’exercice Laboratoire de santé publique, EA 2694 : épidémiologie et qualité des soins, UFR ingénierie et management de la santé, ILIS, Université Lille 2 Droit et Santé,
Membre de la Société française de santé publique, de l’Association des épidémiologistes de langue française, et du Réseau européen HEPA Europe