Productions fourragères
Coll. Agriculture d'Aujourd'hui

Auteurs :

Langue : Français

39,00 €

En stock : expédition en 24h !

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 208 p. · 15.5x24 cm · Broché · Quadrichromie
ISBN : 9782743020811 EAN : 9782743020811
Tec & Doc

· PDF : 39,00 € ·
Acheter l'e-book e-book
Les fourrages sont produits pour répondre, en quantité et en qualité, aux besoins alimentaires des animaux d’élevage herbivores. Le choix de la production varie selon le type de prairie (permanente ou semée), les espèces et les variétés de fourrages (graminées, légumineuses… ; maïs, sorgho, betterave…), l’utilisation (pâturage, ensilage…).

Ce livre fait le point sur tous les systèmes fourragers actuellement utilisés :
• la première partie est consacrée à la prairie permanente : typologie, phytoécologie et présentation des 42 principales espèces prairiales ;
• la deuxième partie traite de la prairie semée : choix et sélection des meilleures espèces fourragères, nouvelles variétés et qualité des semis, conduite des prairies ;
• la troisième partie présente les fourrages annuels tels le maïs ensilage, le sorgho fourrager, la betterave fourragère ainsi que les cultures dérobées.

Riche d’une abondante iconographie en couleurs, Productions fourragères permet au lecteur d’appréhender le système fourrager et alimentaire pour une situation donnée. Il s’adresse aux étudiants en lycée agricole, en particulier en cycle de BTSA, mais il intéressera également les exploitants agricoles en les aidant à établir le diagnostic de leurs prairies, ou à améliorer une prairie dégradée.
Préface
Liste des abréviations
Introduction

Partie 1
La production des fourrages par la prairie permanente


Chapitre 1

Typologie et phytoécologie des prairies permanentes
1. Typologie des prairies permanentes
1.1. Définition
1.2. Phytoécologie
1.2.1. Type de sol par rapport à l’eau
1.2.2. Mode d’exploitation
1.2.3. Typologie de fertilité et pH
1.2.4. Profondeur de fertilité
1.2.5. Climatologie
2. Présentation des 42 espèces prairiales les plus fréquentes
2.1. Graminées
2.1.1. Agrostide stolonifère
2.1.2. Brome mou
2.1.3. Chiendent rampant
2.1.4. Crételle
2.1.5. Dactyle
2.1.6. Fétuque élevée
2.1.7. Fétuque des prés
2.1.8. Fétuque rouge
2.1.9. Fléole des prés
2.1.10. Flouve odorante
2.1.11. Fromental bulbeux
2.1.12. Houlque laineuse
2.1.13. Pâturin annuel
2.1.14. Pâturin commun
2.1.15. Pâturin des prés
2.1.16. Ray-grass anglais
2.1.17. Vulpin des prés
2.2. Légumineuses
2.2.1. Lotier corniculé
2.2.2. Luzerne cultivée
2.2.3. Luzerne lupuline, ou minette
2.2.4. Trèfle blanc
2.2.5. Trèfle hybride
2.2.6. Trèfle violet
2.2.7. Vesce cultivée
2.3. Plantes dicotylédones autres que légumineuses
2.3.1. Achillée mille feuilles
2.3.2. Capselle bourse à pasteur
2.3.3. Cardamine des prés
2.3.4. Chardon commun
2.3.5. Cirse des champs
2.3.6. Grande marguerite
2.3.7. Jonc épars
2.3.8. Mouron des oiseaux
2.3.9. Ortie
2.3.10. Oseille sauvage
2.3.11. Pâquerette
2.3.12. Petite oseille
2.3.13. Pissenlit
2.3.14. Plantain lancéolé
2.3.15. Renoncule acre
2.3.16. Renoncule bulbeuse
2.3.17. Renoncule rampante
2.3.18. Rumex à feuilles obtuses

Chapitre 2
Diagnostic de prairie et prise de décision

1. Diagnostic de prairie
1.1. Nature du recouvrement
1.2. Morphologie du couvert
1.3. Homogénéité du couvert
1.4. Espèces présentes
1.4.1. Au stade épié
1.4.2. Au stade herbacé
1.4.3. Estimation de la qualité de la composition floristique
2. Prise de décision
2.1. Améliorer la prairie
2.1.1. La fertilisation
2.1.2. La lutte contre les adventices
2.1.3. Le mode d’exploitation
2.2. Rénover la prairie
2.2.1. Avantages du labour
2.2.2. Limites au labour
2.2.3. Semis sans labour
2.2.4. Sursemis
3. Récolte, conservation et utilisation par l’animal
Annexe 1 – Le diagnostic de prairie
Annexe 2 – Clé de détermination des principales graminées au stade herbacé

Partie 2
La production de fourrages par la prairie semée


Chapitre 3
Biologie, choix et sélection des espèces

1. Biologie des graminées et des légumineuses prairiales
1.1. Définitions
2. Choix des espèces et des variétés
2.1. Comment choisir l’espèce ?
2.2. Durée de vie potentielle de l’espèce
2.3. Valeur alimentaire
2.4. Ce qui détermine la valeur alimentaire d’un fourrage
2.5. Principales espèces prairiales disponibles
2.5.1 Brome
2.5.2. Dactyle
2.5.3. Fétuque élevée
2.5.4. Fétuque des prés
2.5.5. Fléole des prés
2.5.6. Fetulolium
2.5.7. Ray-grass anglais
2.5.8. Ray-grass italien
2.5.9. Ray-grass hybride
2.5.10. Luzerne
2.5.11. Trèfle violet
2.5.12. Trèfle blanc
2.5.13. Sainfoin
2.5.14. Autres légumineuses
3. Sélection des plantes fourragères prairiales
3.1. Sélection des graminées et des légumineuses fourragères
3.2. Progrès génétique des graminées et légumineuses fourragères
3.3. Critères de choix des variétés

Chapitre 4
Conduite des prairies

1. Comment concevoir ou choisir un mélange d’espèces pour semis ou sursemis de prairie 
1.1. Comportement spécifique
1.2. Règles de composition
1.3. Comportement de chaque espèce au sein d’un mélange
2. Implantation de la prairie
2.1. Semis d’espèces pures ou d’associations
2.1.1. Profondeur du semis
2.1.2. Dose de semis
2.1.3. Vitesse d’installation
2.1.4. Répartition des graines
2.1.5. Date de semis
2.1.6. Trois modes de semis
2.1.7. Préparation du sol
2.1.8. Observation et maîtrise des ravageurs
2.1.9. Maîtrise des adventices
2.1.10. Les principaux itinéraires techniques pour ressemer une prairie
2.2. Sursemis de prairie
2.2.1. Quand envisager le sursemis plutôt que la rénovation totale ?
2.2.2. Les règles du sursemis
3. Entretien mécanique des prairies
3.1. Hersage
3.2. Gestion des refus
4. Fertilisation, désherbage, entretien
4.2. Fertilisation
4.1.1. Fertilisation par les engrais de ferme
4.1.2. Compostage du fumier
4.1.3. pH et chaulage
4.1.4. Chaulage d’entretien
4.2. Désherbage sélectif de la prairie
5. Mode d’exploitation : organisation du pâturage libre, tournant, tournant
dynamique
5.1. Organisation du pâturage
5.1.1. Premier facteur de réussite : le déprimage
5.1.2. Pâturage
5.1.3. Aménagement parcellaire
5.2. Affourragement en vert
5.3. Récolte des graminées et légumineuses fourragères
5.3.1. Prairies permanentes et temporaires
5.3.2. Organisation du chantier de fanage
5.3.3. Ensilage
5.3.4. Toxicité
5.3.5. Enrubannage
5.3.6. Cas particulier du séchage en grange

Partie 3
Les fourrages annuels


Chapitre 5
Le maïs ensilage

1. Biologie de la plante
2. Choix des variétés
2.1. Comment apprécier les besoins en température du maïs fourrage
2.2. Vigueur hybride
2.3. Inscription d’une variété au catalogue officiel français
2.4. Garantie amenée par la certification des semences de maïs
3. Conduite de la culture
3.1. Place dans la rotation
3.2. Préparation du sol
3.3. Réussir le semis
3.4. Date de semis
3.5. Fertilisation
3.6. Protection herbicide
3.7. Protection insecticide
3.8. Lutte contre les maladies
4. Récolte, conservation et utilisation par l’animal

Chapitre 6
Le sorgho fourrager

1. Biologie
2. Choix des variétés
3. Conduite de la culture
3.1. Dose de semis
3.2. Fertilisation
4. Récolte, conservation et utilisation par l’animal

Chapitre 7
La betterave fourragère

1. Biologie de la plante
2. Choix des variétés
3. Conduite de la culture
3.1. Semis et implantation
3.2. Fertilisation
3.3. Protection de la culture
4. Récolte, conservation et utilisation par l’animal
4.1. Récolte
4.2. Conservation
4.3. Distribution
4.4. Pâturage de la betterave fourragère
4.5. Utilisation dans la ration
4.6. Valeurs alimentaires de la betterave
4.7. Atouts reconnus pour l’animal et son environnement

Chapitre 8
Les cultures dérobées fourragères

1. Définition
2. Des réponses aux questions sur le choix de l’espèce
3. Les espèces
4. Conclusion

Chapitre 9
La conception d’un système fourrager


Glossaire
Pour plus d’informations
Index
La nécessité d’atteindre l’autosuffisance alimentaire et la démographie galopante de ces dernières décennies ont nécessité une progression importante des rendements. Ceux-ci ont été permis grâce au progrès du machinisme, à l’utilisation de fertilisants et de produits pour la protection des plantes, et enfin grâce à l’amélioration génétique des végétaux. 

Ces dernières années, l’agriculture a dû intégrer de nouvelles attentes et en particulier répondre à des préoccupations environnementales et sociétales. Toutefois, au niveau mondial, les besoins alimentaires s’accroissent et la consommation de protéines animales se développe. Par ailleurs, les surfaces cultivables sont en diminution et, chaque année, des milliers d’hectares ne sont plus disponibles pour les cultures pour répondre à des besoins d’urbanisation et à la création d’infrastructures. 

Ainsi, en ce qui concerne les productions animales, et les herbivores en particulier, il est nécessaire de produire des fourrages en quantité mais surtout de qualité sur des surfaces en diminution et en intégrant la gestion de l’environnement. 

Pour répondre à toutes ces préoccupations, les nouvelles variétés fourragères ont toute leur place. Le premier travail du sélectionneur est de recenser et de collectionner la biodiversité. Par croisement, il va tirer profit de chacune des plantes « parents » pour répondre aux attentes de l’agriculteur, des animaux et de la société. Il va ainsi rechercher des variétés qui répondent mieux aux conditions pédoclimatiques actuelles, des variétés moins exigeantes en eau et en éléments fertilisants, plus résistantes aux maladies, plus faciles d’exploitation et plus productives. 

Toutes les nouvelles variétés passent une série d’examens avant d’être commercialisées. En effet, elles doivent apporter un « plus » par rapport aux variétés existantes, tant sur le plan agronomique qu’environnemental. Une fois « reçues », les variétés sont inscrites sur un catalogue et peuvent ainsi être multipliées et commercialisées. C’est à ce niveau que les agriculteurs multiplicateurs de semences interviennent avec tout leur savoir-faire pour produire des semences de qualité. Appui technique, contrôle et traçabilité sont nécessaires pour que toutes les caractéristiques de cette nouvelle variété soient mises à la disposition des utilisateurs finaux. 

L’amélioration des plantes en graminées, légumineuses, maïs, betteraves… a été conséquente ces dernières années. De belles perspectives sont encore possibles et demain de nouvelles variétés seront disponibles pour les éleveurs. Ils pourront alors encore mieux répondre aux attentes de nos concitoyens.

Benoit Laffineur
Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS) 
Étudiants en lycée agricole, BTSA, agriculteurs, éleveurs, conseillers agricoles.
• Jean Maciejewski, ancien professeur à l’Institut agricole et horticole de Genech, a enseigné les « Productions fourragères » pour les étudiants de BTSA.
• Bruno Osson est chargé, au sein du Groupement national interprofessionnel des semences et plants (GNIS) région Nord, de la promotion et du développement des plantes fourragères.
Retrouvez tous les ouvrages de la Collection Agriculture d'Aujourd'hui des éditions Lavoisier.